L'Abbaye Royale d'Hautecombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Abbaye Royale d'Hautecombe

Message par lebeaujus le Lun 9 Mai - 6:28



L'Abbaye Royale d'Hautecombe est une abbaye en activité située dans la commune de Saint-Pierre-de-Curtille sur le lac du Bourget, en Savoie. Elle a été fondée en 1125 par le comte Amédée III de Savoie et construite durant le XIIe siècle par les moines cisterciens. Elle fut quelques temps occupée par des moines bénédictins de 1922 à 1992. Actuellement l'abbaye abrite la communauté du Chemin Neuf, communauté qui s’inspire tout à la fois de la spiritualité de saint Ignace de Loyola et de l’expérience du « Renouveau charismatique ».


Situation géographique

L'Abbaye Royale de Hautecombe est accessible par la route. Elle se situe à 30 km d'Aix-les-Bains, 45 km d'Annecy et 120 km de Lyon.

Il faut prendre le bateau à Aix-les-Bains pour découvrir l'abbaye d'Hautecombe dans sa splendeur et le côté sauvage de la rive ouest du lac du Bourget, vierge de toute construction. On y aborde par un ponton, tout près de la grange batelière[2] d'inspiration romane qui, comme le reste des constructions, date du XIIe siècle siècle. C'est d'ailleurs par le lac que les moines de Citeaux arrivèrent pour implanter ce monastère.

Histoire
Du XIIe siècle au XVe siècle, elle fut la nécropole des comtes de Savoie ainsi que des princes et princesses de cette dynastie. Au cours des siècles suivants, d'autres princes et princesses de Savoie, ainsi que de certains souverains de la dynastie (ducs de Savoie puis rois de Sardaigne) choisirent d'être inhumés dans l'abbaye d'Hautecombe (à l'image du fondateur de celle-ci, Amédée III) pour en faire leur nécropole. Après Charles Felix, dernier duc de Savoie et roi descendant en ligne direct de la dynastie de Savoie, décédé en 1831, le dernier roi d'Italie, Humbert II de Savoie (1904-1983), fut à son tour inhumé en l'Abbaye Royale de Hautecombe. La reine, son épouse Marie-José, est aussi inhumée à ses côtés depuis 2001.

Après les considérables dégradations, profanations et dépradations commises par les Français lors de leur occupation du duché de Savoie de 1792 à 1814, Charles Felix, duc de Savoie, roi de Sardaigne, de Chypre et de Jérusalem, (1824-1831), ayant retrouvé la pleine souveraineté sur tous ses états libérés par la victoire de Waterloo et le congrès de Vienne qui s'en suivit, confia la restauration de l'église à un architecte piémontais, Ernesto Melano. Presque toutes les œuvres de sculpture, comme la statue de Roi Charles l'Heureux, furent l'œuvre de Benedetto Cacciatori de Carrare (Italie) . Le style adopté du baroque troubadour, surprend par son exubérance, mais est toutefois très représentatif de cette époque, à l'instar du pont Charles-Albert, supendu au-dessus des Usses, entre Cruseilles et Allonzier-la-Caille, en Haute-Savoie.

En 1992, les moines bénédictins, trop pris par les exigences des visites (l'Abbaye Royale d'Hautecombe accueille environ 150 000 touristes par an) partirent pour s'établir au monastère de Ganagobie dans les Alpes de Haute Provence et demandèrent à la communauté du Chemin Neuf de s'occuper désormais de l'abbaye et de perpétuer sa tradition de prière.
XIIe siècle

Au début de l’année 1101, des moines bénédictins se sont installés au nord-est du lac du Bourget,
dans un haut vallon de la montagne de Cessens, d’où le nom de Haute-Combe.

Devenus cisterciens après le passage de Saint-Bernard de Clairvaux, moine et grand réformateur du mouvement monastique cistercien, les moines sont descendus en 1137 de l’autre côté du lac. Le terrain avait été donné par la famille de Savoie à Amédée de Clermont d’Hauterives, leur second abbé.



XIIe au XVe siècle

L’abbaye a eu grand rayonnement spirituel durant cette période.
Récemment restaurée grâce à une étroite collaboration (Etat, Conseil Général de Savoie, Union européenne et Communauté du Chemin Neuf), la Grange batelière d’Hautecombe a été construite lorsque les premiers membres de la famille de Savoie ont été inhumés à Hautecombe. Une quarantaine de princes et princesses y ont été ensevelis plus tard.


XVe au XVIe siècle

Confiée en gestion à des abbés commendataires plus disposés à jouir immédiatement des revenus de l’abbaye que préoccupés à entretenir les moines et les biens, l’Abbaye est tombée petit à petit en ruines.

XVIIIe siècle

Avec la Révolution française, l’Abbaye a été déclarée bien national.
Elle sera pillée, puis transformée en faïencerie, pour être finalement abandonnée pendant 17 années.


XIXe siècle

Le roi de Piémont-Sardaigne, Charles-Félix, séduit par la beauté du lieu, en a fait un mausolée à la mémoire de ses ancètres. Il a confié la restauration de l’église à un architecte piémontais, Ernest Melano. Puis, en 1826, il a rappelé les moines cisterciens pour qu’ils y puissent mener une vie de prière.



XXe et XXIe siècle

En 1922 s’est installée la communauté bénédictine de l’abbaye Sainte-Madeleine de Marseille, de la congrégation Saint-Pierre de Solesmes.

Le dernier roi d’Italie, Humbert II de Savoie, y a été inhumé en 1983 ainsi que son épouse la reine Marie-José en 2001.


Architecture

Contexte
Au XIXe siècle, le roi Charles-Félix a confié la restauration de l’Abbaye d’Hautecombe à
Ernest Melano, grand architecte piémontais.

Il l’a chargé de restituer à l’abbatiale l’aspect qu’elle présentait au temps de Claude d’Estavayer, c’est-à-dire du début du XVIe siècle. Le monarque a choisi Ernest Melano, de préférence à « ces architectes à la mode qui veulent créer de nouveaux bâtiments en détruisant tout ce qu’il y a d’ancien ». Il pensait qu’une « nouvelle construction, dans une architecture moderne, serait une espèce de monstruosité tout à fait discordante avec les monuments, et points analogues aux temps des princes défunts qui y ont été enterrés. »





Tombeau de Louis de Savoie,
baron de Vaud en Suisse
et de sa femme Jeanne de Montfort.
Il date du XIIIe siècle.





Charles-Félix avait vu juste.
Sous l’influence du courant néoclassique, on déniait de son temps toute valeur au gothique. Seul était en faveur le pastiche de l’antique, dont on voit un échantillon à Hautecombe même, dans la chapelle Saint-Félix.
Bravant l’opposition de son entourage, le monarque a fait preuve de ténacité, c’est pourquoi l’architecture est de style gothique troubadour, un gothique romantique.



On trouve dans l’abbatiale 120 élégantes statuettes appelées « pleureuses ». Elles figurent le deuil et la prière.



Le roi voulait faire de cette église un grand mausolée à la mémoire de ses ancêtres.
C’est pourquoi tous les piliers ont étés transformés en monuments, chacun portant statue du personnage, bas-relief relatant une scène de la vie du personnage, et inscription à la mémoire de ces princes ensevelis dans l’église.

Commémorations et cérémonies
Chaque année, en mars, en présence des différents princes et princesses de la famille royale de Savoie, une cérémonie de souvenir est organisée conjointement par les chevaliers des Ordres dynastiques de la Maisons de Savoie (Italiens et Savoyards) et par les Gardes d'honneur des tombes royales, en mémoire d'Humbert II, roi d'Italie, de la reine Marie-José et des défunts de la dynastie.

Garde d'Honneur des Tombes Royales

Très régulièrement, les membres Savoyards et Italiens de l'Istituto Nazionale per la Guardia d'Onore alle Reali Tombe del Pantheon (Institut National pour la Garde d'Honneur des Tombes Royales) montent la garde, en uniforme, devant la tombe du roi d'Italie et duc de Savoie Humbert II et de son épouse la reine Marie-José. Un hommage est aussi rendu, à cette occasion, au roi Charles-Félix. Aujourd'hui, seuls quatre Savoyards, parmi 5 000 membres italiens, perpétuent cette tradition de la Garde d'Honneur, fondée par Victor-Emmanuel II.

En littérature
Honoré de Balzac rend hommage à cet édifice religieux dans La Peau de chagrin : « là Raphaël aimait à contempler, sur la rive opposée, l'abbaye mélancolique de Haute-Combe, sépulture des rois de Sardaigne prosternés devant les montagnes comme des pèlerins arrivés au terme de leur voyage[3]. »

Liste des abbés
* 1135-1139 : Vivien
* 1139-1144 : Amédée de Clermont d’Hauterives
* 1144-1159 : Rodolphe Ier
* 1160-1176 : cardinal Henri de Marcy
* 1176-1188 : Geoffroy d’Auxerre
* 1189-1201 : Etienne Ier
* 1201-1204 : Pierre Ier
* 1204-1209 : Hélie
* 1209-1215 : Guy
* 1215-1230 : Rodolphe II
* 1230-1240 : Robert
* 1240-1263 : Bouchard
* 1263-1287 : Humbert
* 1287-1295 : Jean Ier
* 1295-1313 : Conrad de Metz
* 1314-13?? : Etienne II de Verdet
* 13??-1346 : Jacques Ier François
* 1346-1353 : Etienne III Bonczan
* 1353-1361 : Jean II de Montclar
* 1361-1367 : Jacques II
* 1367-1390 : Hugues
* 1390-1412 : Jean III de Rochefort
* 1412-1437 : Jacques III de Moyria
* 1438-1444 : Pierre II Bolomier
* 1444-14?? : Perceval de La Baume
* 14??-1498 : Sébastien d’Orlier
* 1498-1505 : François de Colombier
* 1505-1534 : Claude Ier d’Estavayer
* 1535-1538 : Vacance
* 1535-1545 : cardinal Alexandre Farnèse de Parme
* 1545-1559 : Jérôme Capodiferro
* 1560-1603 : Alphonse Delbène
* 1603-1632 : Sylvestre de Saluces
* 1633-1640 : Adrien de Saluces
* 1640-1651 : Vacance
* 1651-1688 : Antoine de Savoie
* 1688-1738 : Jean-Baptiste Marelli
* 1738-1826 : Suppression
* 1826-1827 : Placide Tingault-Desmarets
* 1827-1830 : Archange Ier Arcasio
* 1830-17/10/1834 : Emile Comino
* 17/10/1834-14/11/1834 : Joseph Marquet
* 15/11/1834-1840 : Hilaire Ronco
* 1840-1842 : Jean IV Lacroix
* 1842-1848 : Claude II Marie Curtet
* 1848-08/10/1851 : Charles Gotteland
* 08/10/1851-18/11/1851 : Camille Bouvier
* 18/11/1851-1856 : Felix Prassone
* 1856-1864 : Pierre III Bovagnet
* 1864-1874 : Archange II Dumont
* 1875-1878 : Athanase Martin
* 1878-1883 : Célestin Gillet
* 1883-1888 : Maur Fignes
* 1888-1910 : Symphorien Gaillemin
* 1911-1920 : Jean II Marcadier
* 1920-1922 : Léon Guilloreau
* 1922-1941 : Bernard Laure
* 1941-1943 : André Cabassut
* 1943-1978 : Edouard Dupriez
* 1978-1997 : Michel Pascal
* 1997-présent : René-Hugues de Lacheisserie

Liste des personnage de la maison de Savoie enterrés à l'abbaye:


- Humbert III, le saint, 1136-1189, comte de Savoie
- Amédée IV, 1197-1253, comte de Savoie petit-fils de Humbert III
- Pierre II, le Pt Charlemagne, 1203-1268, comte de Savoie frère d'Amédée IV
- Philippe 1er, 1207-1285, comte de Savoie frère d'Amédée IV
- Louis 1er de Vaud, 1253-1302, comte de Vaud Fils de Thomas, ancien comte de Flandre, et de Béatrice Fieschi, nièce du pape Innocent IV.
- Amédée V, 1252-1323, comte de Savoie petit-fils de Thomas 1er de Savoie, neveu de Pierre II et de Philippe 1er de Savoie
- Aimon, le Pacifique, 1291-1343, comte de Savoie fils de Amédée V
- Amédée VI, le comte Vert, 1334-1383, comte de Savoie fils de Aimon
- Philibert 1er, 1465-1482, duc de Savoie descendant en ligne directe de ce qui précède, mais avec un saut de cinq générations
- Charles-Félix , 1765-1831, roi de Sardaigne
- Marie-Christine de Bourbon des Deux Siciles, 1779-1849, son épouse
- Humbert II, 1904-1983, roi d'Italie
- Marie-José de Belgique, 1906-2001, son épouse

Religieux inhumés dans l'abbaye
- St-Anthelme, 1106-1178, Evêque de Belley
_____________________________________________
Source:
wikipedia et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Il y a trois type de biens, l'indispensable, l'utile et le superflu
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
lebeaujus
Admin
Admin

Messages : 488
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 59
Localisation : les Bauges

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum