Château de Châteauneuf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Château de Châteauneuf

Message par lebeaujus le Mer 10 Aoû - 5:03



D'après le "Dictionnaire des Communes de Savoie" et le "Petit lexique des noms de lieux de Suisse Romande, Savoie, Isère, Jura et vallée 'Aoste", les diverses appellations de Châteauneuf furent:

"Novum Castellum" en 1015 ("Novum Castellum super Isaram fluvium"),
"Castrum Nostrum" au XIVe siècle,
"Chasteauneuf", "Maltaverne" et "Chateau-Neuf en Savoye" en 1731,
"Le Bac" toponyme révolutionnaire en l'An III.

On suppose généralement que le Château qui donna le nom à notre commune, fut construit à l'époque carolingienne pour surveiller le passage de l'Isére et l'amorce de la route des Alpes par la Maurienne et le Mont Cenis.

Au XIeme siècle, le curtis de Châteauneuf forme avec ceux de St Jean d'Albigny (ou de la Porte), St Pierre d'Albigny et Notre Dame de Conflans (Bourgneuf), un groupe de propriétés dépendantes du fisc du roi Rodolphe III, roi de Bourgogne Jurane, qui en fait don à son épouse la reine Hermangarde (qui en fera don ensuite aux moines du prieuré de St Ours (devenu St Philippe)). En 1014, le château appartenait à Boson de Châteauneuf (dont le fils Amoudry est fait chevalier en 1081). Ce château s'élevait sur la crête qui domine l'Isére, face "au village de Paux" pour assurer la protection du bac qui traversait l'Isère.

Aux Archives Départementales de Savoie, on trouve traces d'écrits qui remontent au XIIIeme siècle (1254) dans lesquels il est fait référence de la noblesse de Châteauneuf: les Seigneurs de La Chambre, Vicomte de Maurienne et Seigneurs de Châteauneuf. C'est d'ailleurs à cause de l'un d'eux: Louis de La Chambre, gouverneur de la Savoie que se produisit la ruine du Château que la duchesse Blanche de Savoie fit détruire en 1491 avec sa chapelle.

En 1514 on trouve trace de la "baronnie" et de la "châtellenie" de Châteauneuf (bien que le château n'exista plus), avec Louis Seigneur de La Chambre, Vicomte de Maurienne, Baron de Cuines et Baron de Châteauneuf. On trouve parfois aussi dans les titres "Seigneurs d'Hurtières". Aux Archives Départementales, les prénoms les souvent cités sont ceux de Richard (1311), Jean (1338), Didier et Thibaut (1342), Gaspard (1343), Aymon (1450), Louis (1473 et 1514).

La seigneurie passa ensuite dans le patrimoine de Battefort de l'Aubépin qui vendit la terre en 1639 à la famille Castagnery. Cette famille de "marchand de Turin" avait reçu, vers 1531, du Marquis de la Chambre, l'emphythéose (bail de longue durée - 99 ans généralement) des mines de fer des Hurtières en Basse-Maurienne. Le premier fut certainement Jean-Baptiste Castagnéry dont le fils Jacques-Louis de Castagnery sera "Baron de Châteauneuf, conseiller d'Etat et 1er sénateur au sénat de Savoie" tandis que le petit-fils Pierre Antoine Castagnère (nom francisé), "Marquis de Châteauneuf", sera "Conseiller au parlement de Paris" , ambassadeur à Constantinople, à Lisbonne, en Hollande où il sera accompagner de Voltaire, "Prévôt des Marchands de Paris" et à ce titre un jeton sera édité à son nom.




Son fils Jean-Baptiste sera Président du sénat de Savoie. Dans les divers documents nous retrouvons cette famille De Castagnery "Baron de Châteauneuf de tous et un chacun", "Baron de Châteauneuf et d'Hurtières", " Baron de Châteauneuf, Comte d'Hurtières et Seigneur de la Thuillie". Les Castagnery avaient acheté pour y habiter, en 1687, au hameau de Boistard, une maison forte appartenant au Prince de Carignan.

Dans la Combe de Savoie, d'après Jean Nicolas ("La Savoie au XVIIIeme siècle"), la dynastie de notaires LADOUX, "exploite presque sans interruption, au 18eme siècle, la ferme et la châtellenie de la terre de Châteauneuf". A cette période, le "droit de banvin" (obligation de presser son vin au pressoir du Baron) est confirmé dans la baronnie de Châteauneuf.

La commune se libéra de ses droits féodaux en 1780 pour 24.300 livres.

Après la destruction du château, une nouvelle église fut construite à peu près à l'emplacement actuel, vers 1491 (il n'en reste rien). L'édifice actuel fut terminé en 1727, sous le vocable de St Etienne. Cette reconstruction est due au révérend Cosme François Deléglise. Le clôcher, abattu sous la révolution, fut reconstruit en 1813.

Par décret de la Convention Nationnale en date du 25 vendémiaire, an II de la République, toutes les communes à noms "supersticieux" furent mises en demeure de les changer. Ainsi Châteauneuf devint "Le Bac" (St-Jean-De-la-Porte devint La-Côte-Rouge, Ste-Hélène-du-lac devint Les-Forges, ...). Le sucesseur d'Albitte, Gauthier, supprima officiellement ce décret par l'arrêté du 14 nivôse, an III.

-------------
Source:
http://chateauneuf73.free.fr

_________________
Il y a trois type de biens, l'indispensable, l'utile et le superflu
http://saintbernard.frbb.net/
avatar
lebeaujus
Admin
Admin

Messages : 488
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 59
Localisation : les Bauges

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum