Château de Rumilly-sous-Cornillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Château de Rumilly-sous-Cornillon

Message par lebeaujus le Dim 17 Avr - 4:59



Château de Rumilly-sous-Cornillon

A environ un kilomètre au nord et au-dessous des ruines du château fort de Cornillon, sur un piton de 550 mètres d'altitude qui domine la commune de Saint-Pierre-de-Rumilly, les comtes de Genève bâtirent au XIIIe siècle, un château qui prit le nom de Rumilly-sous-Cornillon et que l'on appelle aussi improprement le château d'Arcine. Ce vieux manoir, souvent mentionné dans l'histoire du Faucigny, a subi quelques transformations au cours des siècles, ce qui lui a laissé un ensemble irrégulier, sans manquer de pittoresque.

Au Sud-Est une grosse tour carrée, à trois étages, avec des murs très épais. Au rez-de-chaussée, on distingue encore l'emplacement d'un étroit cachot pour les prisonniers; à côté, un escalier intérieur. Au-dessus, des appartements avec des fenêtres de dimensions plus réduites à chaque étage supérieur. Sous la toiture très élevée, de hautes et étroites ouvertures. A la suite de ce donjon massif, au Nord-Ouest, s'allonge un corps de logis d'un étage, avec une aile s'avançant au Nord-Est et formant avec la partie centrale, un angle obtus sur la cour. Ces bâtiments contiennent des appartements qui ont été aménagés différemment suivant les époques. Ce château est situe sur une large terrasse ombragée, d'où le regard embrassé toute la vallée de l'Arve, depuis le mont Orchez jusqu'au Salève et aux Voirons, et l'étroite vallée du Borne qui coule à ses pieds, au fond d'une gorge encaissée, entre les rochers abrupts de Leschaux et les pentes boisées de la montagne de Couz.

Comme Cornillon-sur-Saint-Laurent, Rumilly-sous-Cornillon gardait le débouché de la vallée du Borne ; sa juridiction s'étendait sur un territoire de 12 kilomètres carrés.
Les seigneurs de Chuet et de Saint-Laurent relevaient de celui de Rumilly.

Rumilly-sous-Cornillon qui appartenait primitivement aux comtes de Genève, constituait une châtellenie du
comté. Ce château semble avoir été construit après la destruction de celui de Cornillon-sur-Saint-Laurent, situé plus haut sur un rocher trop inaccessible. On le trouve mentionné en 1210 dans la dot de Béatrix de Genève qui épousa le comte Thomas Ier de Savoie. Dans son testament (24 septembre 1306) Amédée II, comte de Genevois, institue ses fils Amédée et Hugues héritiers de divers châteaux parmi lesquels Rumilly-sous-Cornillon et Cornillon poulle vidomnat des Bornes. Le comte Pierre de Genève, morten 1395, donna Rumilly en douaire à son épouse Marguerite de Joinville, laquelle se remaria en 1411 avec le comte de Vaudemont et abandonna Rumilly au duc Amédée VIII de Savoie. Ce dernier inféoda Rumilly à Claude du Saix, en 1430. Cette seigneurie passa ensuite à Jean d'Amancy en 1452.

Philippe de Savoie, duc de Nemours, qui épousa Charlotte d'Orléans-Longueville, se dépouillant à. regret de Rumilly en faveur de Pierre de la Forest, lui imposa en 1530, un contrat de reachapt pour lui et ses successeurs, sous réserve de reprise moyennant 3.000 écus d'or.

Avec Pierre de la Forest, le château de Rumilly passait à une nouvelle famille originaire de Saint-Jean-de-Chevelu, au pied du mont du Chat, où elle possédait une maison forte, qui fut son berceau ; elle avait pour armes : « Sinople a la bande d'or frettée de gueules », et pour devise : « Tout à travers ». Pierre de la Forest, né en 1490, fils d'Antoine de la Forest et de Claire de Bonnivard, était seigneur de la Barre, en Bugey, d'Outrechaise, de Mont-chauvin, en Savoie, de Feissons en Tarentaise, baron de la Val d'Isère, capitaine du château de Chambéry, conseiller du duc de Savoie ; il fut envoyé comme ambassadeur de Savoie auprès de FrançoisIer en 1531 et 1534. Il avait épousé Jeanne-Huguette de Soumont. Leur second fils, Charles, né en 1522, hérita de Rumilly ; comme lieutenant-général de Savoie, il combattit le fameux baron des Adrets et fut tué à Vienne en 1565. De son mariage avec Françoise de la Charnée était né Jean de la Forest, leur héritier,
colonel du régiment de Savoie, tué en 1590, dans un combat' livré près de Bonne-sur-Menoge, contre de Sancy, après avoir chassé, en 1589, les Bernois de cette place dont il avait été nommé gouverneur. Georges de la Forest, fils de Jean et de Charlotte du Crest, se rendit propriétaire de toute la seigneurie de Rumilly et prit le titre de baron de Rumilly II participa aux guerres du Montferrat et du Piémont. Il fut inhumé dans l'église de Saint-Pierre-de-Rumilly à côté de son père. De son mariage avec Hélène de Viry il eut douze enfants dont Gilbert de la Forest, l'aîné, qui reçut la seigneurie de Rumilly, et Claude-Antoine qui eut celle de Saint-Laurent. Gilbert né au château de Rumilly en 1623, mourut et 1706 et fut enseveli dans l'église de Saint-Pierre-de-Rumilly. Il fut gouverneur du fort de Vens et commanda en qualité de lieutenant-général, sous les ordres du marquis Joseph de Sales, général en chef de l'armée de Savoie. En 1665, Gilbert prit le titre de comte de Rumilly-sous-Cornillon, qui fut confirmé à son second fils. Il avait épousé Jeanne-Françoise Symond, veuve de Laurent de Gingins, seigneur et baron de Divonne, qui lui apporta cette seigneurie avec le titre de baron de Divonne.
Gilbert légua Divonne à son premier fils Albert-Eugène, et Rumilly à son second fils François-Emmanuel-Ennemond
de la Forest. Lorsque le mandement de Rumilly fit retour à la couronne de Savoie, à la mort de Henri II, duc de
Nemours, en 1659, Gilbert revendiqua ses biens qui lui furent restitués en 1674. François-Emmanuel-Ennemond
obtint l'érection de la baronnie de Rumilly en comté en 1698 ; étant décédé sans postérité au château de Rumilly,
le 28 février 1733, son cousin Victor-Amédée de la Forest, seigneur de Saint-Laurent, hérita du comté de Rumilly-sous-Cornillon. Cette même année, avec l'autorisation du roi de Sardaigne, il vendit Rumilly-sous-Cornillon à Pierre-François Muffat de Saint-Amour, neveu du maréchal comte Jean-Pierre Muffat de Saint-Amour et se retira à la Tour de Grilly. L'acquisition de la seigneurie se fit pour le prix de 57.000 livres et 10 louis d'or, avec les droits féodaux qui y étaient attachés. Pierre-François étant l'aîné, prit le titre de comte de Rumilly ; son frère Jean-Baptiste, celui de comte de Saint-Maurice, et son autre frère Pierre, celui de comte de Saint-Pierre.

Jean-François Muffat de Saint-Amour, général au service de l'Autriche, vendit, en 1807, Rumilly aux de Planchamp, marquis de Cluses. Eugénie-Françoise de Planchamp de Cluses, épousa le colonel Jean-François Collomb d'Arcine, décédé en 1874. Elle mourut le 1er avril 1881, léguant le château de Rumilly-sous-Cornillon à son neveu, le vicomte Louis Rivérieulx de Chambost, déjà propriétairede celui de Chuet. Ce dernier a vendu le château de Rumilly-sous-Cornillon à Mme d'Ennemont, le 16 janvier 1909.

Cette antique demeure seigneuriale est l'une des rares que les guerres et le temps aient laissé subsister dans le
Faucigny ; elle méritait d'être mentionnée, tant pour le rang qu'elle occupa dans cette province que par les personnages illustres qui l'habitèrent.

-----------------
Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, BULLETIN DE L'ACADÉMIE SALÉSIENNE

COMPTE-RENDU SOMMAIRE DES TRAVAUX

Séance du 11 décembre 1928

_________________
Il y a trois type de biens, l'indispensable, l'utile et le superflu
http://saintbernard.frbb.net/
avatar
lebeaujus
Admin
Admin

Messages : 488
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 59
Localisation : les Bauges

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum