Château d'Épierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Château d'Épierre

Message par lebeaujus le Mer 13 Avr - 5:00


Château d'Épierre
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Le château d'Épierre est une maison forte du XIIe siècle, situé sur la commune éponyme, dans le département de Savoie.


Situation

Il est situé dans la partie haute du bourg, au Nord-Est et surveillait l'étroit passage sur la rivière Arc.

Histoire
Le château est construit au XIIe ‑ XIIIe siècle. Il est entre les XVe et XVIe siècle aux mains de la famille de La Chambre. Le 13 juillet 1419, Urbain de La Chambre en reçoit l'inféodation du duc Amédée VIII puis en 1454 ou 1465, Aymon de Seyssel en est investi. On trouve en 1543, Jean de La Chambre, et son fils Jean en 1566, seigneurs d'Épierre ; ce dernier ruiné, en 1573, la seigneurie d'Épierre est achetée par François et Jean Brunet associé à Louis de La Rochette.

Suite au mariage en seconde noces de Jeanne-Louise Brunet avec Gabriel de Villiane, il passe à Gaspard de Villiane ; la terre d'Épierre ayant entre temps été élevée au rang de baronnie.

En 1630, la seigneurie est entre les mains de Pierre de Tignac. Sa fille Melchiotte de Tignac[11], baronne du Bois et d'Épierre, vend la seigneurie à Emmanuelle de Ville qui prend le titre de Baron d'Épierre en 1683, le château ayant été vendue en 1676 aux « syndics, conseillers et communiers, manants et habitants d'Épierre ». Le château est à cette époque pratiquement à l'état de ruine.

Le château d'Epierre fut assiégé souvent du 16ème s. au 17ème s. Le Mont fut occupé en 1598 par Bertrand de Seyssel, marquis de la Serraz, avant la bataille de Cuines et par les troupes sardes en 1793, lors du retour offensif du marquis de Cordon en Maurienne. Ces troupes furent chassées par l'artillerie du Général Herbin, placé en face sur le plateau de Saint-Alban. Epierre fut affranchi le 2 septembre 1861 au prix de 27000 florins, monnaie de Savoie.

"Aypierre" fut une baronnie indépendante du marquisat de La Chambre, vassal du Comté de Maurienne et sa garnison forte, qui est le château actuel en ruines, tombe des marquis de La Chambre, à leurs suzerains, les Comtes de Maurienne, ducs de Savoie, qui s'y installèrent comme barons avec tous les droits féodaux dûs aux nobles de Seyssel d'Avilane, aux de Ville, aux Brunet, qui l'achetèrent. "Tant de son altesse royale que de Jean, Marquis de la Chambre, pour le prix de 34000 Francs et 400 florins d'épingles, la seigneurerie d'Epierre et la rente du Villaret". La baronie d'Epierre passa de Jean Brunet à sa fille, unique héritière. Celle-ci épousa Jean de Levron, dont elle eu un fils et en secondes noces Gabriel de Villiane, dont elle eut deux fils. Gaspard de la Villiane hérite du château et du titre "Seigneur et baron d'Epierre".

La seigneurerie et le château d'Epierre étaient déjà, paraît-il passé à Pierre de Tignac, qui avait épousé en 1630, Antoinette fille de noble Brunet et était mort le 25 août 1658, n'ayant eu que des filles. Son héritière épousa Gaspard de Verdon, écuyer, seigneur de Chablais et de la Corbière, elle prit le titre de baronne de Bois d'Epierre. Les deux époux vendirent la seigneurerie à noble Emmanuel de Ville, conseiller de S.A.R. et sénateur au souverain sénat de Savoie, pour le prix de 34000 Florins et 400 florins d'épingles.



Description
Une enceinte quadrangulaire, formé de logis, d'une chapelle et d'un donjon, qui en occupe l'angle occidental, sont disposés autour d'une étroite cour intérieure. Au Sud-est une vaste enceinte rectangulaire, à l'origine fossoyée, clôture une basse-cour.

La partie la plus ancienne, fin XIIe siècle, début XIIIe siècle est un bâtiment quadrangulaire qui fait corps avec le mur d'enceinte de la basse-cour. Il est couronné d'un ouvrage crénelé, tout comme le mur qui lui est complété par un chemin de ronde. Il est construit en appareil irrégulier de galets par endroit en « opus spicatum », alterné par des bandes de pierre plates. A celui-ci a été accolé le porche d'entrée. Il aurait abrité la domesticité, ainsi que les écuries et des granges, ect. Dans le mur qui surplombe la cour, on note la présence d'une petite fenêtre carrée en tuf, qui confirmerait son antériorité.

Le logis seigneurial, quant à lui est daté par dendrochronologie de 1335-1350. Il est en appareil plus régulier que noie un mortier épais. Les angles ainsi que les séparations d'étages sont renforcés par un chaînage en tuf. Il est coupé en deux par un corridor, et ce à chaque étage. Au-dessus de la porte d'entrée de ce bâtiment, le corridor du premier étage est éclairé à ces deux extrémités par une fenêtre ogivale trilobée en forme d'arc brisé. Elle est munie d'une colonnette centrale à chapiteau et surmonté d'une rose trilobé.

L'intérieur quant à lui, fait augurer une reconstruction du XIVe siècle et une restauration des XVIe siècle ou XVIIe siècle.

_________________
Il y a trois type de biens, l'indispensable, l'utile et le superflu
http://saintbernard.frbb.net/
avatar
lebeaujus
Admin
Admin

Messages : 488
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 59
Localisation : les Bauges

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum